Contexte : certains actionnaires minoritaires non manageurs demandent, pour des raisons diverses et variés (absence de dividendes, etc.) aux actionnaires ou associés manageurs de leur racheter leurs actions. Pour ccs actionnaires minoritaires non managers, cette situation est inconfortable car  ils connaissent l’entreprise moins bien que les propriétaires-manageurs. Bref, grande est la tentation pour ces derniers de mettre à profit cette asymétrie d’information pour tirer l’évaluation et donc le prix des titres vers le bas. Dans ces conditions, voici quelques règles à respecter, notamment si la cession porte sur plusieurs centaines de milliers d’€ pour être certain d’obtenir un juste prix.

En tant qu’actionnaires minoritaires, avez intérêt à céder à très court terme vos actions ?

 A l’instar d’une société cotée, la question est toujours la même : c’est de savoir si la société vaudra plus cher demain qu’aujourd’hui. Et que vous dégagerez une plus-value significative dans le futur. Pour déterminer si votre souhait a une probabilité de se réaliser, vous devez analyser tout d’abord comprendre les résultats de la société sur les 3 derniers exercices, notamment à l’aune de la stratégie passée déployée par la direction et de l’évolution du marché sur lequel elle opère, etc.  Ensuite, et partant des résultats de l’analyse précédente, il s’agit de comprendre la stratégie future,  pour savoir quels peuvent être les scénarii possibles d’évolution de la société. Pour ce dernier point, analysez d’abord l’évolution probable du marché, puis les forces et faiblesses de la société par rapport à son marché, etc.. Enfin, tentez de comprendre comment la société pourrait se positionner par rapport à ce dernier. En particulier, sera-elle plutôt prédatrice ou proie ? Car dans ce dernier cas, certains acquéreurs n’hésitent pas, pour de multiples raisons, à mettre le prix fort pour l’emporter l’adhésion de l’ensemble des actionnaires.

Attention au prix proposé de vos titres d’actionnaires minoraitaires

Ceci étant, pour diverses raisons, vous souhaitez céder vos actions immédiatement. Dans ces conditions, vérifier bien que le prix ne comportent pas d’erreurs de calculs, volontaires ou involontaires. Les plus fréquemment rencontrées sont (i) la non-pertinence des méthodes par rapport au contexte, (ii) l’application d’une décote au motif que vous êtes associé(s) minoritaire(s) (cf. évaluation : les 10 erreurs à ne pas commettre).  Pour déceler le caractère inapproprié des méthodes, il convient de comprendre les écarts entre valorisation donnée par chacune d’entre elles. A ce niveau, la méthode des comparables boursiers peut conduire à une sous-évaluation par rapport à la méthode des Discounted Cash Flows parce que les sociétés comprises dans l’échantillon de référence présentent peu de similarités avec la société évaluée. L’analyse au paragraphe précédent aide en principe à déceler lesdites similarités.  Par ailleurs, il n’y a pas de décote de minoritaire à appliquer sur les valeurs dès lors que les données de références proviennent de sociétés cotées en bourse.

Pour aller plus loin

Le cabinet Jean-Claude Armand et Associés accompagne les actionnaires minoritaires pour leur permettre d’obtenir le juste prix de leurs actions.

Vous souhaitez plus d’informations ?

Contactez-nous